EN DIRECT DE LA ROCHELLE

Publié le par herve.rebillon@free.fr

L’Eurovignette ne fait pas l’unanimité

Les ministres européens des transports, sous la présidence du ministre français Dominique Bussereau en présence du commissaire européen, Antonio Tajani, participent durant deux jours à La Rochelle à un conseil transport informel. Si un large consensus s'est dégagé en faveur de la mobilité urbaine, le deuxième point à l’ordre du jour a  été infiniment plus controversé. Il s’agissait d’une première discussion sur le projet de directive Eurovignette visant à acquitter un péage pour les poids lourds sur l'ensemble des réseaux routiers en fonction des coûts externes observés (coûts sociaux et environnementaux).

Ce projet a opposé un "front du scepticisme" conduit par l'Espagne et de nombreux pays périphériques contre les pays de transit comme l'Autriche ou la Belgique qui plaident pour une politique de report modal de la route vers le fer ou la voie d'eau par la taxation des poids lourds. Un très large accord s'est fait jour sur la subsidiarité d'application de ce texte – la mise en oeuvre non obligatoire par les Etats membres - et sur l'exclusion de son assiette de calcul du CO2, des émissions polluantes et de la congestion... Ce qui revient à en réduire considérablement la portée.

Dominique Bussereau a précisé que les émissions de CO2 feraient l'objet, en France, d'une taxe carbone spécifique dans le cadre du Grenelle de l'environnement. Ce qui reviendra à taxer également tous les véhicules domestiques et pas seulement les poids lourds, comme le prévoit la proposition Eurovignette. Il semble qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre le consensus ! JYK

Commenter cet article