Le Figaro : la FNTR en guerre contre le colis-voiturage ... dénonciation et intimidation de la part de la "puissante" fédération, selon le journal

Publié le par herve.rebillon@free.fr

La FNTR souhaite interdire le site de colis voiturage pour exercice illégal d'une profession. Le Figaro revient sur ce nouveau mode de transport s'inspirant du covoiturage passagers. Extraits.



Même les meilleures idées peuvent connaître un funeste destin et finir à la trappe. Tel est le sort que pourrait connaître une initiative de trois Alsaciens qui, en ces temps de préoccupation écologique et de pouvoir d'achat en berne, semblait tomber à point nommé. Ils ont récemment créé un site de colis-voiturage une variante du covoiturage, mettant cette fois en relation les particuliers pour transporter des paquets. Moyennant rétribution, un automobiliste se rendant à Marseille prendra ainsi au passage le téléviseur ou la machine à coudre qu'un petit-fils veut adresser à sa grand-mère résidant dans la Cité phocéenne.

Avec ce site, nos trois Alsaciens surfent ainsi habilement sur les préoccupations du moment. Il permet au transporteur rémunéré de diminuer ses frais d'essence mais aussi de limiter l'utilisation de la voiture et donc les rejets de CO2.

Mais la puissante Fédération nationale des transports routiers (FNTR) réclame aujourd'hui la fermeture du site, arguant qu'il favorise une concurrence déloyale et que ses utilisateurs se livrent sans le savoir à l'exercice illégal de la profession de transporteur. «Notre profession est soumise à une réglementation stricte. Avec ce service sur Internet, on trouve le moyen de contourner le formalisme habituel», dénonce son délégué général, Jean-Paul Deneuville, qui vient d'alerter l'État dans un récent courrier adressé aux services chargés des transports. Pour le responsable de la fédération, l'usager du site est hors-la-loi même s'il véhicule des objets de manière purement occasionnelle.

Par ailleurs, le recours à ce site engendre d'autres problèmes. Aucune assurance ne garantit d'éventuels dommages ou vols. De même, certains usagers du site pourraient recourir à ce mode de transport pour convoyer quelque marchandise illicite.

Toutes ces critiques n'ébranlent guère la sérénité de responsables de colis-voiturage, qui s'estiment inattaquables. «Pour dissuader ceux qui voudraient transporter des produits illégaux, nous exigeons les numéros des portables, des plaques d'immatriculation et nous tenons un fichier à disposition des autorités en cas de problème», explique l'un des responsables, Jean-François Rey, nullement inquiet par la requête de la FNTR. «Nous mettons les particuliers en contact. Nous ne faisons rien d'illégal.»

Revue de presse : Le Figaro

Commenter cet article