Véhicules spécialisés : ça roule bien au québec

Publié le par herve.rebillon@free.fr


La crise de l'industrie automobile cogne fort en Ontario et dans le Midwest américain. Mais au Québec, l'absence d'usines d'automobiles s'avère, cette fois-ci, un plus. En fait, les constructeurs québécois de véhicules routiers spécialisés se tirent bien d'affaire. Les carnets de commandes sont relativement bien garnis, a pu constater "La Presse Affaires", avec des clients ciblés, malgré la crise financière et la récession. Et même de l'expansion et des embauches dans certains cas. «Nos commandes restent bonnes. Nous prévoyons encore une croissance d'environ 10% cette année», indique Christian Poudrier, président de Posi-Plus Technologies, un constructeur de camions à nacelle élévatrice. En fait, la clientèle de Posi-Plus - les réseaux d'électricité et de télécoms de l'est du Canada et le nord-est des États-Unis - résiste à la récession au point de motiver un projet d'expansion à l'usine de Victoriaville, qui regroupe déjà 175 personnes. Même dynamique d'expansion chez Nova Bus, le constructeur d'autobus urbains établi à Saint-Eustache, au nord de Montréal. Pour suffire à la demande de nouveaux contrats, Nova Bus a embauché plus de 300 salariés à ses deux usines québécoises au cours des derniers mois. De plus, elle inaugurera très bientôt une usine d'assemblage final d'autobus à Plattsburgh, dans l'État de New York. Ce projet arrive juste à temps pour cibler les commandes d'autobus des villes américaines qui sont attendues de l'imposant plan de relance économique américain. Bref, malgré la grave crise de l'automobile, ça roule plutôt bien pour les constructeurs québécois de véhicules spécialisés. C'est une industrie qui pèse près d'un milliard de dollars en valeur de production et emploie près de 4000 personnes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article