La taxe professionnelle sera supprimée en 2010

Publié le par herve.rebillon@free.fr


Face à la dégradation de la conjoncture économique, l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy hier jeudi 5 février fait figure de grand oral. Le chef de l'Etat a évoqué plusieurs aspects de son action depuis le début des turbulences économiques, dont le plan de sauvetage des banques françaises. Nicolas Sarkozy est également revenu sur certains de ses engagements de candidats, notamment celui de la rupture par les réformes.  En préambule de son intervention, le chef de l'Etat a déclaré que la France et le monde faisaient face à "la crise du siècle", "sans précédent"."Je dois en tenir compte et faire en sorte que la France rentre le plus tard possible dans la crise et sorte le plus tôt de la crise", a-t-il ajouté. "Je dois en plus protéger au maximum ceux qui déjà dans la croissance mondiale étaient exclus", a-t-il ajouté. Nicolas Sarkozy a par ailleurs évoqué le plan de sauvetage bancaire mis en place à la fin de l'année dernière. "Nous avons mobilisé des moyens importants pour sauver les banques, pour l'instant" ça n'a "pas coûté un centime d'euro" aux Français, a insisté le chef de l'Etat dans son intervention télévisée sur la crise. "J'ai mobilisé potentiellement 320 milliards d'euros pour aider les banques, nous en avons utilisé 25 milliards" et "à la fin de l'année 2009, l'argent que nous avons prêté aux banques pour qu'elles fassent leur métier rapportera au budget de l'Etat 1,4 milliard d'euros (d'intérêts) que j'utiliserai intégralement pour financer des mesures sociales", a annoncé M. Sarkozy, précisant qu'il présenterait ces mesures au cours de son intervention. Au niveau fiscal, le chef de l'Etat a annoncé que "l'on supprimera la taxe professionnnelle en 2010 parce que je veux que l'on garde des usines en France". La mesure sera générale: "On ne peut pas dire on va supprimer pour l'industrie automobile mais pas pour l'industrie sidérurgique ou textile", a-t-il ajouté. Une mesure chiffrée à 8 milliards d'euros.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article